devpops.ch

Hedy Lamarr, génie méconnu du monde scientifique, a sauvé des milliers de gens et changé la vie de milliards de personnes.

Plus qu'une belle plante

Si Blanche-Neige est brune, c’est grâce à elle! Hedy Lamarr, avec ses cheveux de jais bouclés et sa raie au milieu, faisait rêver tout le monde dans les années 1930. Raison pour laquelle Walt Disney décida de prêter à l’héroïne du conte des frères Grimm les traits de cette beauté venue d’Europe. Une créature sublime qui avait bien plus qu’un physique puisqu’elle inventera bientôt un système de codage ultraperfectionné. Comment, soixante-dix ans plus tard, cette femme entre Marie Curie et Marilyn Monroe a-t-elle pu tomber dans l’oubli?

Hedy Lamarr

Hedwig Eva Maria Kiesler née le 9 novembre 1914 à Vienne, en Autriche. Elle  a eu une enfance confortable à Vienne. Sa gouvernante lui a donné des cours d’allemand, de français et d’italien, et son père, un homme d’affaires juif, lui a enseigné l’ingénierie.

Elle est repérée très tôt par des cinéastes. Très tôt aussi, on lui colle l’étiquette de « la plus belle fille du cinéma ». En Autriche, Hedy devient une star et part, en 1930, pour l’Allemagne. Berlin est alors « the place to be », la capitale européenne du cinéma.

Et la carrière d’Hedy décolle. Son regard vert et ses cheveux noirs ensorcellent les foules. Hedy devient une égérie en jouant dans le film tchèque « Ecstasy », premier film à montrer l’orgasme féminin. Un film qui choque (le pape la condamne)  mais qui séduit aussi, notamment Fritz Mandl, un riche armurier qui lui propose de l’épouser.

Un mariage désastreux mais riche en enseignement

Mais Hedy se retrouve vite enfermée dans cette vie d’apparats. Ce sont surtout la jalousie de son mari et ses fréquentations qui vont la pousser à s’enfuir… Parce que la jeune femme, de confession juive, se retrouvera plusieurs fois à table avec Adolf Hitler et Benito Mussolini. Les hommes parlent de race supérieure, d’idéologie fachiste et de conquête de l’Europe, Hedy elle, prend peur pour sa vie.

Elle rejoint Londres et décroche un contrat avec la MGM, elle donne la réplique à de nombreuses stars du grand écran et sa réputation sulfureuse ne fait que grandir entre ses nombreux maris et ses nombreuses aventures. Puis c’est la Californie qui relancera sa carrière stagnante sur le vieux continent Hedy Lamarr est née. 

Le laboratoire

En tant qu’inventrice autodidacte, qui a entre autres démonté et remonté sa propre boîte à musique à l’âge de 5 ans, Hedy se lasse des limites qui lui sont imposées par son image de vedette hollywoodienne glamour et se met activement à la recherche d’occasions de mettre à profit son talent inné.

« N’importe quelle fille peut avoir l’air glamour, affirme-t-elle un jour, tout ce que vous avez à faire est de vous tenir tranquille et de prendre un air idiot. »

Howard Hughes, le fameux milliardaire excentrique, lui offre un jour la chance de déployer les ailes de sa créativité. Hughes fournit un atelier à Hedy, où elle peut s’échapper entre les tournages. Elle lui aurait éventuellement suggéré des améliorations à la structure des ailes d’avions.

Hedy n’avait aucune véritable formation scientifique, mais elle s’est avérée une inventrice prolifique et fortement inspirée par les nombreuses personnalités influentes et intelligentes qu’elle rencontrait aux soirées mondaines. La rencontre la plus notable étant celle avec le compositeur, pianiste et auteur George Antheil, pianiste et compositeur avant-gardiste, avec qui elle a co-inventé sa plus grande réalisation.

Une idée arrivée trop tôt

Ils échangent non pas sur le cinéma mais à propos d’armement. Une industrie que l’actrice a côtoyée lors de son premier mariage et que le musicien maîtrise, ayant travaillé comme inspecteur des munitions aux États-Unis. Tous deux discutent des techniques de transmission radio avec les torpilles. N’étant pas encore téléguidées. Le signal était sur une seule fréquence et pouvait donc être facilement brouillé ou intercepté.

Elle espérait aider les Alliés à gagner la Seconde Guerre mondiale. Après avoir glané des informations précieuses sur les armes lors des dîners de Mandl, elle a proposé le concept d’un système de « saut de fréquence » synchronisé : afin d’empêcher les ennemis de brouiller les signaux radio entre un avion et une torpille guidée, leurs communications continuent de sauter simultanément. à de nouvelles fréquences.

Les deux inventeurs ont ainsi adapté le mécanisme interne d’un piano mécanique pour permettre aux systèmes de radio-transmission de changer constamment de fréquence en utilisant des rouleaux perforés. Les données, jusqu’alors transmises sur une seule fréquence, pouvaient ainsi être transmises sur 88 fréquences pour empêcher la détection et le brouillage des signaux. Ils reprennent l’idée du “Ballet Mécaniqueune musique écrite pour 16 pianos, son idée avait été de synchroniser les instruments et organiser des saut de note grâce à un système de cryptage inscrit sur des rouleaux de papier.

Étalement de spectre

Les techniques d’étalement de spectre sont des méthodes de transmission de signaux (sur ondes hertziennes) dans lesquelles l’énergie émise avec une ou plusieurs harmoniques est délibérément étalée ou distribuée dans le domaine fréquentiel.

Séquences pour l'étalement de spectre par séquence directe

Nées après la seconde guerre mondiale, les transmissions mettant en ouvre l’étalement de spectre par séquence directe multiutilisateurs, DS-CDMA en anglais, étaient limitées aux applications militaires qui mettaient ainsi à profit la discrétion et la robustesse inhérentes à ce genre de communication . Elles ont connu récemment un très grand développement dans de nombreux domaines civils, en particulier pour la téléphonie mobile – avec la normalisation de l’UMTS qui succède au GSM – ou les faisceaux hertziens . Dans ces deux cas, ce sont les possibilités de transmission de plusieurs signaux dans la même bande de fréquences ou de réception à minimum d’interférences qui sont ainsi exploitées . Cet article se focalise ici sur les systèmes DS-CDMA multiutilisateurs asynchrones (c’est-à-dire généralement les communications de mobiles à station de base, uplink en anglais, non synchronisées entre elles – c’est-à-dire sans horloge commune, obligeant ainsi le récepteur à obtenir la synchronisation de chacune des liaisons – par opposition aux communications de station de base à mobile, downlink en anglais), et plus particulièrement sur les critères d’optimisation des séquences d’étalement utilisées par de tels systèmes, critères qui seront évalués et comparés .

Hedy Lamarr
Hedy Lamarr

Télécommunications avec étalement de spectre

C’est une technique de transmission radioélectrique dans laquelle un signal est transmis sur une largeur spectrale plus grande que l’ensemble des fréquences qui composent le signal original si celui-ci était transmis par des méthodes classiques de modulation. Cette technique diminue le risque d’interférences avec d’autres signaux parasites tout en garantissant une certaine confidentialité

L’étalement de spectre utilise généralement une séquence PN pseudo aléatoire (ensemble de bits qui sont générées pour être statistiquement aléatoires) crée par une porte logique xor pour étaler le signal de bande étroite en un signal de relative large bande. Le récepteur récupère le signal original en corrélant le signal reçu avec une réplique de cette séquence.

À l’origine (pendant la Seconde Guerre mondiale) cette méthode avait deux motivations : en premier, résister aux efforts des ennemis pour brouiller le signal, puis dissimuler la communication elle-même. De nos jours l’aspect partage d’une même fréquence par plusieurs utilisateurs (accès multiple) est une de ses principales applications. Par ailleurs, l’étalement de spectre DSSS facilite les transmissions numériques dans les cas d’interférences par trajets multiples.

Le saut de fréquence, l’étalement par séquence directe, l’étalement par pseudo-bruit (en utilisant des séquences de pseudo-bruit), le chirp, et les combinaisons de ces techniques sont des formes d’étalement de spectre. L’Ultra Wide Band est une autre technique de modulation qui obtient le même résultat en transmettant des impulsions de très courte durée. Certaines versions anciennes (IEEE 802.11b) du standard (Wi-Fi) utilisent le DSSS pour leur interface radio, d’autres réseaux locaux radio (Bluetooth) utilisent le FHSS.

Trop sexy pour être intelligente

Lamarr a obtenu un brevet en 1942, mais son invention a été rejetée par l’US Navy. C’était tout simplement trop en avance sur son temps. Une fois le brevet accordé en 1942, la marine américaine rejette son utilisation. Les doutes d’Hedy, qui craint de ne pas être prise au sérieux en tant qu’inventrice, se confirment lorsqu’ils l’envoient promouvoir leurs intérêts et divertir les troupes au lieu d’utiliser son invention.

Cette technique est réapparue dans les années 1960. Elle est par exemple utilisée par les systèmes de positionnement par satellites (GPS, GLONASS), les liaisons chiffrées militaires, les communications de la navette spatiale avec le sol, et dans certaines versions des liaisons sans fil Wi-Fi et Bluetooth

Reconnaissance en retard

Hedy Lamarr

Des décennies plus tard, elle et le monde ont appris que ses innovations avaient été intégrées à la technologie de la téléphonie mobile, et en 1996, quatre ans avant sa mort à l’âge de 85 ans, l’Electronic Frontier Foundation l’a honorée ainsi qu’Antheil avec son Pioneer Award. 

Après avoir fait tourner la tête de milliards d’hommes avec son sexappeal, copiée ou jalousée par des milliards de femmes, Hedy Lamarr à changé la vie de milliards d’humains.

Merci Hedwig Eva Maria Kiesler.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :