devpops.ch

Augusta Byron King Noël – comtesse de Lovelace

Ada Lovelace aura créé un programme informatique pour une machine qui n’existait pas, imaginée par un anglais mais décrite par un italien, en français, dans un journal suisse, à une époque où on s’éclaire encore à la bougie !

Augusta Byron King Noël – comtesse de Lovelace – 1815-1852

Augusta Byron King Noël – comtesse de Lovelace

photo du site Wikipedia
https://sv.wikipedia.org/wiki/Ada_Lovelace

Par Alfred Edward Chalon — www.fathom.com, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1799594

Ada en quelques dates

  • 1827 (12 ans) étude du vol des oiseaux, écriture du livre Flyology
  • Jacquard, Charles Dickens, Faraday
  • 1833 Charles Babbage et sa machine à différence
  • 1835 mariage avec le conte Lovelace – 3 enfants
  • 1839 Auguste de Morgan
  • 1839 création de la machine analytique
  • 1842 Luigi Menabrea, traduction de son mémoire en français sur la machine analytique
  • Recherche de fond pour finir la machine analytique
  • Ruine et oubli
  • 1852 décès

Et après…

  • 1936 Turing crée sa machine analytique dérivant des travaux de Babbage et Lovelace
  • 1979 l’armée des USA donne son nom à un programme informatique.
  • 12 octobre 2009 Ada Day, jour de reconnaissance des femmes et de leur réalisation technologiques.
  • les 200 ans d’Ada furent fêter en grande pompe.

Sa naissance, sa vie, son oeuvre, son oubli, sa résurrection

Le rôle des femmes en 1815 – année de naissance

Jusqu’en 1950, les femmes n’avaient que très peu accès à l’éducation scolaire, la société machiste de l’époque considérait la femme trop fragile pour pouvoir supporter le poids du savoir et de la réflexion et étaient confinées qu’à des travaux de maison, l’éducation des enfants et bien-sûr la procréation, pour les mieux nées, pour les autres lavandières, cuisinières, servantes, nourrices, gouvernantes, fermières, garde malade, sage femme, prostituées… etc . Très peu de femmes étaient reconnues dans les milieux scientifiques. Leurs travaux étaient mis en doute et l’accès au technologie interdite. Quant Ada voulu faire une étude sur le sang animal les porte des institution où elle aurait pu tester ses théories lui furent fermées.

Ada ayant une santé fragile, les médecins de l’époque pourront prouver ainsi que les femmes ne sont pas faites pour la science. Ada répondra dans son journal intime «  Plutôt la puissance intellectuelle au prix d’un million de douleurs, que le bien-être avec des talents médiocre »

rôle de la femme - Augusta Byron King Noël – comtesse de Lovelace

Triptique du peintre anglais George Elgar Hicks « Woman’s Mission » (la mission de la femme), 1862–1863, dans l’ordre de gauche à droite : Woman’s Mission: Guide of Childhood (Dunedin Public Art Gallery, New Zealand), Woman’s Mission: Companion of Manhood (Tate Gallery, London), Woman’s Mission: Comfort of Old Age (Tate Gallery, London)

tiré du site L’Oiseau Moqueur

http://loiseaumoqueur.com/

article

Les droits des femmes en Angleterre au 19ème siècle : la lutte pour les droits au sein de la sphère privée (I)

Famille et éducation

Née en 1815 de Lord Byron poète et révolutionnaire et de Anne Iabella Milank dit Annabella, surnommée par son mari La princesse du logarithme, fille aisée d’un prospecteur miner.Le couple fonctionne mal, Annabella pensait changer son mari….

Annabella quittera son mari Lord Byron 1 mois après la naissance de Augustina Byron dit Ada, parce qu’elle pensait son mari malade mental et procédé par Satan, tant son libertinage et son libre-pensé l’effrayait.

Maman _ Ada Lovelace

Anne Isabella Milbanke Noel Byron, 11e baronne Wentworth et baronne Byron, née à Londres le  et morte le  est l’épouse du poète Byron sous le nom d’« Annabella »

Photo du site Wikipedia

Anne Isabella Milbanke

Annabella voulant annuler tout gène du mal chez sa fille lui donna une éducation cartésienne basée sur la science.
Ainsi la petite Augustine appris les mathématiques, la physique, l’histoire, la géographie, la littérature, mais aucunement la poésie et toutes formes de savoir incluant l’émotion et la passion.

Pourtant c’est l’imaginaire de Ada qui lui permis de comprendre et d’appréhender ses connaissances.
En 1827, Ada étudie les oiseaux qui la passionne et plus spécifiquement leur vol, ainsi elle rédige un livre le Flyology, traiter sur le processus de propulsion de machine à vapeur et crée une machine a vapeur volante qui ressemble à un Pégase à vapeur.

Byron - Ada Lovelace

 

George Gordon Byron

En 1835 Ada se marie avec William King Noël, comte de Lovelace. Il vont avoir 3 enfants, Elle passera plusieurs années à faire son devoir de citoyenne.

La note G, se trouve le premier algorithme de l’histoire destiné à une machine.

Ada étudie avec Mary Somerville, éminente physicienne qui va pousser Ada à développer son potentiel scientifique, et lui présente lors de son bal des débutantes Charles Babbage.

On est en 1833 et Babbage à construit une machine à différence le Difference Egine II, et invite Ada et sa mère à la découvrir. Ada est captivée par cette machine et demande à Babbage de la prendre comme apprentie, Babbage impressionné par son intelligence accepte de travailler avec elle. Il vont collaborer 10 ans.

Ada, soucieuse d’améliorer ses connaissances en mathématique, va demander à Babbage de lui présenter un professeur de renommée, père de la logique boléenne : Augustus de Morgan. Celui-ci, profondément encré dans son temps à des réticences à enseigner les mathématiques à une femme, mais sous la pression de son ami Babbage et l’appui de Faraday, il cède et accepte Ada comme élève. Bien que son point de vue sur les femme et leur rôle dans la société ne changera pas, il avoue néanmoins qu’Ada a un potentiel.

Babbage -comtesse de Lovelace

Charles Babbage, né le  et mort le  à Londres, est un polymathe, mathé-maticien et inventeur visionnaire britannique qui fut l’un des principaux précurseurs de l’informatique.

Photo du site Wikipedia

Plusieurs années après on mariage, en 1839 Ada reprend son travail auprès de Babbage qui aura inventer entre temps la machine analytique. Ce système à été évoqué par Lord Byron dans un discours à la chambre des Lords en 1812, il y dénonçait l’augmentation de la pauvreté à cause de la mécanisation du travail. Il est cocasse de voir que presque 30 ans plus tard sa fille est sur le point de rendre la machine intelligente.

Lors d’une présentation du projet de la machine analytique à l’Université de Turin, en Italie, le mathématicien Luigi Menabrea en fut enthousiasmé, et par la suite fit publier des notes sur cette machine. Charles Weston, ingénieur et physicien, demande à Ada et Babbage de traduire cet ouvrage en anglais. Cette traduction prendra 9 mois de travail. Ada Lovelace, la personne qui connaissait le mieux la machine après Babbage, traduisit ce livre en anglais, en rajoutant des notes personnelles selon le conseil de Babbage. Le résultat fut un livre trois fois plus long que l’original ! Dans une des notes d’Ada Lovelace, appelée la note G, se trouve le premier algorithme de l’histoire destiné à une machine. Il sert à calculer le nombre de Bernoulli avec la machine analytique. On pense aujourd’hui qu’Ada Lovelace avait compris les potentialités de la machine analytique mieux que Babbage et qu’elle avait prévu que la machine aurait pu manipuler non seulement des nombres, mais aussi des symboles, enregistrer de la musique, la reproduire et la créer MAO.

Attention Babbage avait déjà écrit des méthodes d’utilisations et écrira 25 programmes par la suite. Mais l’algorithme d’Ada est le premier lisible par une machine. Si Babbage voit en ses machines que des calculateurs performants, Ada perçois tout le potentiel applicable à tout ce qui peux être modélisé peut être traité par la machine. 

Elle a inventé l’ordinateur universel, notion qui ne sera repris que dans les années 1930 par Allan Turing. Contrairement à celui-ci elle ne pensait pas que les ordinateur puisse un jour penser par eux-même, pour elle la machine exécute plus vite et plus précisément des calculs que les humains maîtrise déjà.

Bref, Ada Lovelace aura donc créé un programme informatique pour une machine qui n’existait pas, imaginée par un anglais mais décrite par un italien, en français, dans un journal suisse, à une époque où on s’éclaire encore à la bougie !

Ce mémoire ne pouvant pas être signé de son nom, c’est Babbage en 1843 qui recevra la médaille d’or de la Royal Astronomical Society.
Ada Lovelace va passer le reste de sa vie à trouver des fonds pour construire la machine analytique, qui ne sortira jamais de ses plans.
Ses connaissances en probabilité pour essayer de jouer aux courses de chevaux, malheureusement elle y laissera sa fortune et s’éteindra pauvre et oubliée en 1852. Elle a voulu être enterrée auprès de son père plutôt que dans le caveau de la famille Lovelace.
Parmi ses écrits on retrouve un ouvrage sur l’étude du cerveau et la façon dont les pensées et les sentiment se créaient à l’aide de l’électricité et du magnétisme.

« Programme » de calcul des nombres de Bernoulli dans la note G d’Ada Lovelace (1843).

carte perforée - Augusta Byron King Noël – comtesse de Lovelace

Photo du site Wikipedia téléchargeable sur la page

Par Karoly Lorentey — originally posted to Flickr as Punched cards for programming the Analytical Engine, 1834-71, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=11833648https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37285970

Les cartes utilisées pour la machine analytique. Les cartes d’instructions sont au premier plan, devant les cartes de données.

The Babbage Difference Engine #2 at CHM youtub

...Et après

La polémique, le manque d’information, les « fake news » la petite nouvelle des connexions déclenche les passions. Entre amour et haine la 5G fait parler d’elle.

De l’agorythme Ada au langage Ada

le langage Ada 

  • 1974 : le département de la Défense américain s’aperçoit qu’il gaspille énormément d’argent en utilisant grosso modo un langage de programmation par application, et en entretenant des programmes écrits dans des langages obsolètes endémiques ou exotiques. Certaines sources avancent le chiffre de 500 langages de programmation employés en ces lieux.
    Le résultat de cette prise de conscience est l’élaboration, en trois ans, du cahier des charges d’un langage unique, suffisamment souple et puissant pour remplacer tous les autres, que ce soit pour le guidage de missiles ou les travaux sur l’intelligence artificielle en passant par les applications de gestion.
  • 1977 : le département lance un appel d’offres, remporté par une équipe dirigée par le Français Jean Ichbiah.
  • 1980 : Jean Ichbiah fonde la compagnie Alsys (Ada Language Systems).
  • 1983 : Ada83 est normalisé aux États-Unis par l’ANSI (ANSI/MIL-STD-1815A-1983).
  • 1987 : Ada83 fait l’objet de la norme internationale ISO 8652:1987.
  • 1990 : à partir des améliorations apportées par les différents développeurs de compilateurs, l’Ada Joint Program Office lance un projet de révision du langage.
  • 1991 : Alsys est revendu à Thomson-CSF et devient TSP (Thomson Software Products).
  • 1992 : un contrat est passé entre le comité de révision (Ada9X Program Office) et l’Université de New York pour le développement d’un compilateur de référence pour le nouveau langage, qui sera librement disponible. Ce compilateur, GNAT, est basé sur la technologie GCC de GNU.
  • 1994 : la société Ada Core Technologies (aujourd’hui AdaCore) est fondée par les membres du projet GNAT pour poursuivre la maintenance du compilateur et en assurer la commercialisation et le support.
  • 1995 : la révision tant attendue arrive à son terme, Ada95 voit le jour. Une norme révisée est publiée, ISO/CEI 8652:1995. Ada95 est le premier langage mettant en œuvre la programmation orientée objet à faire l’objet d’une norme ISO. Le compilateur GNAT couvre l’intégralité de la norme Ada95, y compris l’ensemble de ses annexes optionnelles.
  • 1996 : TSP devient Aonix.
  • 2000 : l’Ada Conformity Assessment Authority (ACAA) publie un ensemble de corrections mineures accumulées au cours des cinq années précédentes : le Technical Corrigendum 1.
  • 2003 : un rapport du Software Engineering Institute (en) prédit la mort du langage Ada malgré sa supériorité sur les autres.
  • 2007 : l’ISO publie l’Amendement 1 au langage qui introduit de nouvelles fonctions et officialise de nombreuses améliorations proposées initialement par les différents développeurs de compilateurs. Cette version du langage porte le nom d’Ada 2005, année durant laquelle l’Amendement fut figé pour publication par l’ISO.
  • 2012 : l’ISO publie une nouvelle révision de la norme (Ada 2012), qui apporte notamment des facilités syntaxiques, la programmation par contrat, le support des architectures multi-cœurs, et une extension de la bibliothèque prédéfinie.
  • 2016 : Parution d’un corrigendum technique à Ada 2012

Ada Initiative est une organisation à but non lucratif qui cherche à accroître la participation des femmes au mouvement de la culture libre, à la technologie et la culture de l’open source. L’organisation est fondée en 2011 par Valerie Aurora, développeuse du noyau Linux et défenseure de l’open source, et Mary Gardiner (en), fondatrice et développeuse de l’open source (fondatrice d’ AussieChix, la plus grande organisation australienne pour les femmes dans l’open source1). Elle porte le nom d’Ada Lovelace, qui est souvent célébrée comme la première programmeuse informatique au monde, tout comme le langage de programmation Ada2. En août 2015, le conseil d’administration d’Ada Initiative annonce la fermeture de l’organisation pour octobre. Selon cette annonce, les dirigeantes d’Intiative décident de se retirer et l’organisation n’est pas en mesure de trouver des cheffes en remplacement qui soient acceptables

C’est l’Ai du jeu Zone of Enders

Ada est l’un des personnages principaux de l’histoire alternative La Machine à différences de Bruce Sterling et William Gibson, qui décrit un monde dans lequel la machine de Babbage aurait été produite de manière industrielle et où l’ère informatique aurait commencé un siècle plus tôt.

  • Le film Conceiving Ada (en) (1997), réalisé par Lynn Hershman Leeson, établit un parallèle entre l’existence d’une Britannique contemporaine et la biographie d’Ada Lovelace (interprétée par Tilda Swinton).

  • Le personnage d’Ada, une petite fille douée en mathématiques, dans la bande dessinée Nombre, par Egger et Thierry Smolderen, est un clin d’œil à Ada Lovelace.

  • Le personnage de Ada Enigma, jeune fille libre et indépendante, dans la série homonyme, par Vincent Dutreuil et François Maingoval, doit son nom à un clin d’œil à Ada Lovelace et à la machine Enigma.

  • Le nom d’Ada Byron a été choisi par la e promotion (2007/2008) des élèves attachés chargés du traitement de l’information de l’IRA (Institut régional d’administration) de Lille.

  • ADA est le nom de l’intelligence artificielle qui copilote le robot Jehuty dans le jeu vidéo Zone of the Enders, la voix synthétique d’ADA ayant une tessiture féminine.

  • Lady Ada Lovelace est un personnage expert en machine de calcul et une thaumaturge émérite dans le jeu de rôle steampunk Castle Falkenstein de Mike Pondsmith.

  • Lovelace (Lovey) est une intelligence artificielle, personnage à part entière du roman L’Espace d’un an, de Becky Chambers.

  • Sa biographie sera déclinée en divers supports :  mini-film avec les briques Lego et en bande dessinée

Adopte un devpops.ch

Notre devis en ligne pour vous faire une idée

Vous êtes déjà sur la toile et vous avec besoin d'un coup de main pour la gestion de votre site.... nous sommes là avec des solutions pour vous.....
Choisissez votre forfait de maintenance

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :